Assomption : ses anciens profs sont devenus… ses collègues !

Cyrielle Palmisano a été élève à l’Assomption de la 6e à la terminale. Depuis septembre 2018, elle y est désormais… prof de français ! La salle de classe qui lui a été attribuée, elle la connaît donc bien. « Ça n’a pas beaucoup changé. » Elle aime l’ambiance familiale qui y règne.

Un après-midi de janvier. Le soleil tape fort contre la vitre de l’une des classes de l’Assomption à Briey. Il y fait étonnamment chaud. « Je vais tirer les rideaux, on sera mieux. » Cet endroit aux murs jaunes, Cyrielle Palmisano les connaît bien. De la 6e à la terminale, elle s’est assise sur l’une des chaises, posait sur la table ses livres, cahiers et stylos et se forgeait un savoir. Depuis septembre 2018, elle est passée de l’autre côté. C’est désormais elle qui donne les cours de français. « Oui, c’est étonnant ! » Elle sourit.
« Les premiers temps, c’était un peu émouvant »

Et pourtant, la jeune fille d’Étain ne visait pas l’enseignement. Son bac ES en poche, elle poursuit par un DUT info-com à Nancy. « Je voulais être documentaliste. » Mais après un stage de deux mois et demi, elle se rend compte qu’il lui manque quelque chose. « J’adorais faire des recherches, faire parler les vieux papiers… Mais être au contact des autres me manquait. »

Cyrielle Palmisano reprend le chemin des cours et obtient un master de lettres modernes en 2017. Elle complète avec un Cafep-Capes, l’équivalent du Capes pour le privé. Après une première année en tant que stagiaire au collège Saint-Jean à Verdun, elle doit faire ses vœux. Elle inscrit l’Assomption de Briey en premier. « J’avais déjà l’idée de revenir ici. » La jeune femme sait que son ancienne prof de français, Jacqueline Barthel, est sur le point de partir à la retraite. La réponse sera positive. « Les premiers temps, c’était un peu émouvant. Ça n’avait pas vraiment changé. C’est comme si je revenais chez moi. » À quelques exceptions près… Comme avoir sa place en salle des profs ! « J’ai tout de suite été bien accueillie. C’est une petite structure ici. L’ambiance est familiale. On ne m’a pas fait sentir que j’étais leur ancienne élève ! »

Sa maman aussi élève à l’Assomption

Cette année, elle a une classe de 6e , les secondes et les terminales. Pour la prof de 26 ans, le « challenge » est de donner à ses élèves l’envie de lire. « L’année dernière, on avait étudié Tartuffe. Je leur ai proposé de jouer la pièce de Molière. Ils portaient des costumes et ont apprécié. Pourtant, quand on est ado, ce n’est pas évident vis-à-vis des copains de se montrer comme ça ! »

Quand les cours sont finis, Cyrielle et son compagnon relèvent leurs manches pour remettre à neuf une maison ancienne qu’ils ont acquis à Briey. « On a choisi de s’installer durablement ici. La ville me plaît. Et je pourrais même aller à mon travail à pied ! »

Source : https://www.republicain-lorrain.fr, 23 janv. 2020